Comment installer des ruches chez soi ?

Si vous vous intéressez au monde des abeilles, sachez qu’il est possible d’installer des ruches chez soi, si l’on possède suffisamment de place dans son jardin et que l’on respecte des distances prescrites par la réglementation. Il est alors possible de créer un rucher pratiquement n’importe où. Des apiculteurs pratiquent même l’élevage des abeilles en ville. C’est ce que l’on nomme l’apiculture urbaine. Nous allons voir ici quelles sont les différentes étapes à suivre pour installer des ruches chez soi. Depuis le choix de l’emplacement jusqu’au choix du matériel pour créer son rucher et s’équiper soi-même.

Choisir le bon emplacement

Les abeilles sont des insectes qui lorsqu’ils sont placés dans de bonnes situations sont capables de vivre sous des climats très variés. On peut pratiquer l’apiculture en Amazonie ou en Scandinavie. Ceci prouve la grande capacité d’adaptation d’Apis mellifera.

Pour réussir l’acclimatation de colonies d’abeilles, il convient d’installer ses ruches sur un emplacement bien exposé. Les abeilles apprécieront de trouver leur ruche sur un emplacement ensoleillé et à l’abri des vents froids en hiver. Il est donc intéressant de placer le rucher face au sud. Les bâtiment peuvent aussi apporter une protection supplémentaire contre les courants d’air.

Nous vous conseillons de planter des arbustes tout autour des ruches. Ceci permet aussi de créer un écran entre les abeilles et le voisinage. Vous éviterez les nuisances des insectes, mais surtout l’inquiétude des passants. De plus, les abeilles ont besoin de ces repères visuels pour trouver plus facilement le chemin de leur nid.

Respecter les distances de sécurité

En France, c’est l’article L211-6 du Code Rural qui réglemente l’emplacement des ruches par rapport au voisinage. Ces distances doivent être prises par un arrêté préfectoral ou bien par le maire.

Néanmoins, le Code Rural précise : “Toutefois, ne sont assujetties à aucune prescription de distance les ruches isolées des propriétés voisines ou des chemins publics par un mur, une palissade en planches jointes, une haie vive ou sèche, sans solution de continuité.

En séparant le rucher des espaces voisins par une haie ou une palissade de 2 mètres de haut vous n’avez plus de distance à prendre en compte. Cette dernière disposition permet d’installer pratiquement n’importe où des ruches. Aussi bien à la campagne qu’en ville, car de nombreux apiculteurs pratiquent l’apiculture urbaine, en installant une ou plusieurs ruches sur le toit de leur immeuble, dans un jardinet ou même sur leur balcon.

Équiper son rucher

L’aménagement et l’équipement d’un rucher est assez simple. Les ruches sont bien entendu les éléments les plus importants. Mais il ne faudra pas oublier un abreuvoir, si une source d’eau proche n’est pas présente.

Acheter des ruches

Il est possible d’acheter une ruche dans les commerces spécialisés. Plusieurs commerces proposent la vente en ligne et la livraison chez les particulier. Il faudra choisir le modèle de ruche en fonction de la pratique que l’on souhaite adopter. La ruche Dadant est le modèle le plus communément employé en France et dans le monde.

Placer un abreuvoir

Les abeilles adultes sont composées à 70% d’eau. Cette proportion est de 80% pour les reines. L’eau est donc vitale pour ces insectes, comme pour nous.

L’eau permet aussi de stabiliser la température interne du nid. Le couvain des abeilles doit être gardé aux environs de 35 °C. En été, la température de la ruche peut être élevée. L’eau apportée par les butineuses va permettre par évaporation de rafraîchir l’air intérieur du nid.

Chaque année, une colonie à besoin de plusieurs dizaines de litres d’eau. Il est donc important de placer une source d’eau à proximité des ruches. Ceci évitera des problèmes si vos abeilles choisissent de s’abreuver dans la piscine d’un voisin.

Lutter contre le frelon asiatique

Le frelon asiatique est un redoutable prédateur des abeilles. Il a été introduit de Chine en France en 2004. Cette espèce s’est parfaitement adaptée au climat tempéré et s’est propagée sur la plupart des régions de l’hexagone. Elle a aussi franchi les frontières et l’on retrouve des frelons asiatiques en Belgique, en Allemagne, en Suisse, en Italie et en Espagne.

La présence du frelon asiatique à compliqué une pratique déjà rendu difficile par la gestion des infestations des varroas. Lorsque la pression de prédation est trop importante, les frelons peuvent détruire les colonies d’abeilles. L’apiculteur doit alors mettre en place une stratégie de lutte en piégeant les jeunes reines avant et après leur sortir d’hivernage, et en capturant les ouvrières en été et en automne.

S’équiper soi-même

Les abeilles sont des insectes qui peuvent piquer. Il faut donc se protéger avec des habits, même si vos colonies sont habituellement calmes. Toujours pour des raisons de sécurité, il faut garder un enfumoir à proximité de soi.

Se protéger avec des habits d’apiculteur

L’élément de protection indispensable est un voile qui vient se placer sur la tête et qui protège aussi le cou des piqûres. Mais pour être mieux protégé, il faut mieux choisir une blouson ou une combinaison d’apiculteur.

La combinaison d’apiculteur permet de protéger des chevilles jusqu’à la tête. Le port de bottes est conseillé. Les abeilles sont tentés de viser toutes les parties du corps.

Les abeilles sont sensibles aux odeurs, mais aussi aux couleurs. Les habits d’apiculture sont en règle général blancs. Plus rarement jaunes. Les couleurs sombres doivent être évités.

Utiliser un enfumoir

La fumée diminue l’agressivité des abeilles. Il est donc nécessaire de visiter l’intérieur de ses ruches avec un enfumoir correctement allumé et prêt à servir à vos côtés. Car même les colonies habituellement les plus calmes peuvent avoir leurs mauvaises journées L’allumage d’un enfumoir est la première compétence que l’apiculteur doit acquérir.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le principe de l’enfumage des abeilles et le fonctionnement de cet outil consultez notre page sur l’enfumoir.

Ne pas se lancer sans apprendre l’apiculture

L’apiculture est un passe-temps accessible pour le plus grand nombre. On peut s’équiper à partir de quelques centaines d’euros. Il est même possible d’acquérir du matériel d’occasion. De plus aucune autorisation particulière n’est nécessaire pour acheter des colonies d’abeilles.

Mais il ne faut toutefois pas se lancer en apiculture sans avoir suivi un minimum de cours pratiques et théoriques. Les abeilles sont des insectes potentiellement dangereux pour vous, mais aussi pour les personnes et les animaux qui vous entourent. Pensez à ceux qui profitent à quelques dizaines de mètres de vos ruches de leur jardin pour déjeuner à l’extérieur ou pour jouer avec leurs enfants. N’ouvrez pas vos ruches n’importe quand. Choisissez des lignées d’abeilles suffisamment calmes si votre rucher est placé dans une zone densément peuplée.

Si vous ne pouvez garantir sa tranquillité de votre voisinage et que vous ne souhaitez pas renoncer à devenir apiculteur, vous pouvez trouver un autre lieu pour installer vos ruches. Les ruchers écoles et les associations d’apiculteurs proposent souvent des endroits pour leur adhérents. On parle alors de ruchers partagés.